JE SUIS CHARLIE et a jamais

Qui suis je pour écrire? Qui suis je pour parler ? Qui suis je pour m’exprimer ? JE SUIS CHARLIE ET JE LE RESTERAI.

L’instant X. Celui ou tout bascule. Où l’on perd pied dans une infinie sensation de recul. C’est pas vrai… Et pourtant si. L’inconcevable, l’innommable, l’inadmissible c’est ici, tout proche de nos vies. Le choc est si grand et la tristesse aussi. Ma journée avait pourtant bien commencé, une brume hivernale opaque à souhait presque magique, un réveil matinal après une nuit quasi blanche, courir retrouver mon amie Eléonore pour notre traditionnelle session de soldes depuis la sixième. RDV à 8h au bus, pour y être à l’ouverture, on est un peu folle mais c’est un moment qu’on aime. Un jour de vacances dans mon entreprise, un jour futile. CE jour futile.

Les bras chargés de paquets pour nous et nos familles, on rentre chez nous harassées par cette matinée. Il est presque 13H. J’ai faim, je suis épuisée. Je passe nous prendre des croissants, pour notre brunch avec Paul. Je rentre. On s’empresse d’essayer nos vêtements et mettre de côté tout ce que l’on a déjà prévu de rembourser, finalement presque rien n’allait. Blasée, je prends une pause avant de lire mes mails, répondre aux devis et faire des photos, j’allume la télé… et là dans mon coeur tout a basculé…

Je suis Charlie - Nymphea's Factory

« #Jesuischarlie sans dessin mais en poésie. Sans mots mais dans un cri. Les étoiles ne filent plus, mais s’inscrivent à jamais dans la nuit. Tristesse infinie.

Après une matinée remplie de soldes futiles, passer s’acheter un croissant, rentrer prendre un brunch / petit déjeuner, réconfortant. Puis allumer la télé. S’effondrer. Réaliser. Halluciner ? Se relever. Couper des fleurs, compter le nombre de pétales pour chaque âmes endeuillées, ne pas pleurer, du moins essayer, lutter, continuer, s’indigner. L’extrémisme ne gagnera jamais malgré la peur et le sang versé. »

Comment mettre des mots sur cette attaque d’une barbarie incommensurable, contre l’humanité, contre la liberté, contre la presse et le droit de s’exprimer ? Comment en une image résumer ce qui ne peut être représenté. Alors à double sens j’ai essayé, de transformer, par des formes suggérées l’innommable vérité. Le croissant, l’islam, l’islamisme #lamalgame, l’étoile, les malheureuses victimes,  ces étoiles qui vers les cieux ont filé… l’amour qui vaincra à jamais. J’ai tant pleuré que j’ai du changer 3 fois de feuilles et tout recommencer, tant le papier sous les pétales gondolait.

Et cette chanson lancinante revenue du tréfonds de ma mémoire qui m’enserre le coeur, tant je n’ose y croire…

« Je sais pas pourquoi, mon corps bascule, les bâtiments devant moi ont un effet de recul, Je ne touche plus le sol, mes pieds ont quitté terre comme un tout petit vol mon corps est projeté dans les airs, mais qu’est ce qu’il m’arrive je ne comprends plus rien, je suis à la dérive et je ne me sens pas très bien, ça y’est je percute les pavés maintenant dure a été la chute je suis couvert de sang. Allongé là, seul sur le trottoir… « 

Elle tourne et tourbillonne encore…  Toutes les paroles me reviennent en tête, les mouvements de cette chorée de danse pour une compétition oubliée depuis le collège… Je ne peux m’empêcher de la fredonner tant en ce moment en moi elle est gravée. Je publie ma photo il est bientôt 15h, l’indignation générale est à son comble. Je suis éreintée, une migraine me tiraille, je vais me mettre en pyjama. Je ne supporte même pas la vue de mes derniers achats… Je vais me réfugier dans mon lit. J’ai froid, j’ai mal, je ne sais plus ou je suis. Je dois écrire un article joyeux pour vous montrer une jolie surprise qu’on vous a préparé avec Paul et Maïa… mais le coeur n’y est pas, comment faire rêver quand on rêve plus soi meme…? Et puis cette surprise peut-etre mal interprétée, comment penser à célébrer quand on est tous si terriblement endeuillés…

Je sanglote. Paul me réconforte. Je m’endors. il est 17h et il fait terriblement noir dehors. Je fais des rêves étranges, de lune, d’étoiles… même dans le sommeil cette douleur lancinante irréelle, pénétrante. Cette empathie terrifiante. Réveillée par une nausée saisissante qui me projette de nouveau dans cette sombre réalité, je dis à Paul dans un second éveil, ILS NE GAGNERONT JAMAIS.

– Vite une feuille,

-Vite Paul va récupérer les fleurs dans la SDB,

– Vite l’aquarelle, où est elle ? de l’eau !!!

– Vite vite il est déjà 18h30 les gens se réunissent place de la République et je n’étais même pas au courant. Vite il faut peindre pour lutter, à défaut de dessiner, je vais colorier.

Vite Vite Paul, il nous faut lutter. JE SUIS et je RESTERAI CHARLIE. NOUS SOMMES TOUS CHARLIE. Alors à vos crayons, à vos papiers, à vos stylos préférés, dessinez, écrivez mais luttez…

– Vite c’est dur à faire les photos de nuit, vite il faut les recadrer, vite les retoucher, vite, vite vite publier, vite je veux lutter. Et ces larmes devenues silencieuses qui sur mes joues ne cessent de rouler.

Nymphea's factory - Je suis Charlie-10Nymphea's factory - Je suis Charlie-2Nymphea's factory - Je suis Charlie-11Nymphea's factory - Je suis Charlie-7Nymphea's factory - Je suis Charlie-4Nymphea's factory - Je suis Charlie-6Nymphea's factory - Je suis Charlie-3

La liberté est ce que nous avons de plus précieux à mes yeux… Je ne peux m’empêcher de chanter pieds et poings ligués la chanson de Moustaki / Régiani, contre l’infamie de cette réalité.  La seule prison qu’elle puisse accepter, la liberté c’est une prison d’amour. Ne l’oubliez jamais.

« Ma liberté
Longtemps je t’ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C’est toi qui m’a aidé
A larguer les amarres
Pour aller n’importe où
Pour aller jusqu’au bout
Des chemins de fortune
Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune

Ma liberté
Devant tes volontés
Mon âme était soumise
Ma liberté
Je t’avais tout donné
Ma dernière chemise
Et combien j’ai souffert
Pour pouvoir satisfaire
Toutes tes exigences
J’ai changé de pays
J’ai perdu mes amis
Pour gagner ta confiance »

Ils sont partis pour nous. Ils se sont battus pour nous. Parce que notre amour sera toujours plus fort que la haine, parce qu’on sera tous unis. Parce que la France en ce jour sombre est profondément meurtrie. Parce que nous ne les oublierons jamais, parce qu’ils sont dans nos coeurs et que leur combat forge notre patrie. Un immense MERCI grâce à vous et pour toujours…

je suis charlie-7

Written By
More from Amelia Nymphea

Autumn DIY & Salon CSF

Le froid commence à s’installer, l’automne c’est l’époque ou l’on commence à...
Read More

91 Comments

  • J’ai le cœur chagrin, je vais avoir beaucoup de mal à m’en remettre, j’ai les larmes aux yeux, c’est horrible et moi c’est tout ce que je suis capable d’exprimer pour l’instant

  • Magnifique article. Cette musique « La Confession » de Maunau, elle m’a toujours prise aux tripes. Cette journée restera gravée. Bien à toi.

  • Ton article est vraiment bien écrit. Il est juste. Il n’y a pas de mot pour décrire cette journée mais toi tu l’as fais.
    Mon rêve le plus cher pour cette nouvelle année: se sentir libre et ne plus avoir la peur au ventre.
    #JeSuisCharlie

    • Merci Laure de ton commentaire, de ta lecture de ton soutien. Les mots ont été si durs à trouver, puis en fermant les yeux en 20 minutes tout était la, vif, brulant, jaillissant comme si je n’avais plus le choix. Merci Je ne rêve que de ça aussi être libre sans cette épée de damoclès terrifiante au dessus de nos têtes

  • J’ai encore du mal à réaliser la situation. Je n’arrivais pas à donner un mot pour qualifier cette journée qui a été très riche en émotions. Ton article est très touchant, il résume vraiment ma journée également. Alors certes, je suis encore très jeune mais je me battrais quoi qu’il arrive pour la liberté, ma liberté. Merci pour cet article qui est plus que superbe.

    • Alors tu as tout mon soutien ! Et je pense aussi le soutien de toute la France qui se battra toujours contre l’obscurantisme et le régime de la peur du terrorisme… Jamais ils ne pourront tous nous museler !

  • Je te suis sur Instagram, mais je commente rarement sur le blog. Ce soir, je voulais te dire merci pour ton texte, si beau et touchant. J’ai passé la journée à ne rien faire (à part le ménage) tellement j’étais triste. Mais j’ai envie de reprendre ma plume, mon stylo… pour lutter aussi et leur montrer qu’ils ne gagneront jamais contre la liberté.

  • Tu as su mettre des mots là où je n’en avais pas… Merci pour ça, et cette jolie image qui me rappelle qu’il y a encore du beau dans le monde, et des raisons de croire et d’espérer. Quelque part, les manifestations de soutien en France et partout dans le monde me rassurent aussi. Parce qu’il ne faut pas laisser la vie s’arrêter…

    • Merci Selma, l’ampleur des manifestations de soutien me donne du courage et de l’espoir pour le futur car la peur et la terreur ne pourront pas faire taire l’ensemble des anonymes qui chacun à leurs niveaux se dresseront contre l’obscurantisme…

  • Wah… Oui, je sais qu’un tel mot est surprenant contenu le sujet de l’article mais … WAH.
    Ce texte est juste sublime. Sincère. Tellement sincère. Tellement vécu et ressenti aussi. Merci d’avoir embué mes yeux. Merci d’avoir eu la force et le courage d’écrire cela. Merci de mettre de la lumière en ces heures bien sombres.

  • Ce qui s’est passé est tellement horrible, triste… ton article est plein d’émotions, les émotions que plusieurs d’entre nous n’arrivons pas à exprimer.

  • Merci pour cet article émouvant qui me laisse sans voix. Je suis encore bouleversée par les événements, même si je sais qu’aujourd’hui il faut relever la tête et continuer à lutter pour notre Liberté. #JesuisCharlie

  • Je n’arrive pas a en parler. Tous les mots qui sortent de ma bouche sonnent si creux, si léger face à la gravité de ce qui s’est passé. Tout ce que je peux promettre et dire actuellement c’est qu’il faudra se souvenir, il faudra se battre pour que le monde tourne enfin rond. Je suis blessée dans mon âme, blessée dans ma foi en l’être humain, blessée et meurtrie.
    Alors juste merci de ton partage, merci de ton texte.

  • Magnifique article, magnifique illustration. Très touchant, émouvant. Tu nous montres bien ici qu »il ne faut pas rester passif face à ces actes odieux. Je n’ai pas trouvé les mots moi-même, mais sache que je vais partager ton article car il montre bien à quel point nous ne nous laisserons pas faire et que la liberté d’expression sera toujours plus forte que la barbarie. Bises à toi

  • Tombée par hasard sur votre blog, je suis restée sous le charme de votre écrit et de vos dessins… merci de ce partage. Vous savez su trouver les mots .

    • Merci Marie, mes mots sont sortis tous seuls comme une plainte, sous le coup de la douleur et pour moi, ils étaient ma manière de montrer qu’il ne faut pas rester muet et réagir sous n’importe quelle forme… Merci pour ton adorable commentaire !

  • Ta création est magnifique et ton article tout autant. Tout ce qui s’est passé (et se passe encore à l’heure ou j’écris ce commentaire) est d’une horreur innommable, mais les couleurs et les fleurs que tu as tenu à mettre sur ce dessin apportent un peu de douceur, alors merci 🙂

  • Cet article est magnifique, tu arrives à exprimer ce que beaucoup d’entre nous pensent au fond de leur cœur sans arriver à le dire … Merci pour ce texte touchant, poignant. Merci beaucoup.

  • Très bel article, hommage très touchant!
    J’aime ce que tu as fais, ce que tu as écris!
    Moi pour l’instant je me contente de lire, de regarder, mais n’arrive pas encore à m’exprimer là-dessus…

  • Merci pour ce billet, merci d’avoir mis des mots sur ce que je pense. Ton dessin est parfait, plein de douceur, j’en ai bien besoin. Je n’sais pas quoi faire, à part rester devant les infos, et faire des bouquets de pompons. C’est ma façon à moi de m’exprimer je crois.

    • Merci Néma pour ton commentaire, quelque soit la manière de s’exprimer, il faut lutter et ne pas se laisser faire, ne pas rester inactif comme paralysée… Alors continue de faire des bouquets de pompons, ils seront peut être ta réponse à cette horreur !!!

    • Merci pour ton commentaire ! Ecrire, relayer, partager, ne pas se taire et au contraire se soulever tous, être indignés et leur montrer que leur horreur ne nous fera pas courber le dos, ou cesser les mots !

  • Je suis très touchée par ton article, j’ai vécu à peu près la même journée que toi hier.
    J’étais au travail, ma mère m’a appelé à 13h lors de ma pause déjeuner « un attentat à eu lieu à Paris, dans les bureaux de Charlie Hebdo, 11 morts (à ce moment là…) » et puis je suis partie faire les soldes.

    C’est en revenant au travail que j’ai ouvert internet, et que j’ai vu le noms des victimes, des personnes dont on voyait les dessins chaque semaine, mon père lisant Charlie Hebdo… Le choc et les questions…

    J’ai suivi les infos toute l’après midi et la soirée chez moi, j’ai pas mangé, mal dormi, et idem aujourd’hui.

    Ce monde fait peur, mais il ne faut pas se laisser abattre, je suis et nous sommes tous Charlie.

    • Merci Florence, l’horreur qui vient de se produire a créé un écho bien supérieur à toute forme d’obscurantisme… Mais la France a perdu certains de ses meilleurs combattants pacifiques et la clameur générale qui redonne fois en l’avenir ne fais pas oublier ceux qui ne sont plus…

  • C’est un véritable drame qui est venu s’abattre sur nous, qui sont ils pour decider d’ôter la vie de plusieurs personnes? Je suis touchée, j’ai mal au coeur, j’ai peur .. La France s’est levée nous resterons unis face à cet acte de barbarie. Nous sommes Charlie !

  • Merci pour ces paroles qui m’apaisent en ces jours de deuil. J’ai été sidérée quand par hasard j »ai vu ce qui se passait à la télé. J’avais ma petite fille de 11 ans, comment lui expliquer ? Quels mots dire pour ne pas la choquer alors que je l’étais moi-même ? Pas facile, mais nous ne les oublierons pas. JE SUIS CHARLIE.

  • Bonjour,
    C’est par hasard que je suis arrivée ici. La douceur des mots, le choix des couleurs sont un apaisement qui contrastent avec la violence de cet acte.
    Merci, merci pour ce bel article émouvant qui nous permet de continuer à croire en la douceur et la non violence.
    Je suis Charlie ☺
    Muriel

    • Merci Muriel, de ton passage par ici, le hasard fait bien la chose parfois lorsque l’on cherche du réconfort. Nous serons toujours les défenseurs de la non violence avec le plus que l’on puisse des jolies fleurs pour mettre des couleurs dans ces jours tristes.

  • Bonjour Amelia, je découvre ton site.

    Ton JesuisCharlie est tout simplement magnifique.
    Si tu veux bien, je me permets de le mettre en lien sur mon blog pour le (te) faire connaître à mes lecteurs.
    Tu as beaucoup de talents. Je suis admirative.
    Merci à toi.

    • Bonjour ALix, je suis triste que tu le découvre dans de telles conditions, Il n’y a aucun pb pour ton utilisation, merci à toi de sa diffusion nous l’avons juste fait avec le coeur, pour que le message se propage, que nous soyons plus fort qu’eux.

  • C’est magnifique ce que tu as fait… toutes ces couleurs, ton blog que je ne connaissais pas, cela met un pointe de beauté dans ma journée. Et il en faut, vraiment…
    Je ne me sentais pas non plus légitime d’écrire sur le sujet mais je l’ai fais. Je pense qu’on a BESOIN de s’exprimer, surtout maintenant, c’est important. Moi aussi j’ai peins, mais sur du tissu. Je me suis fais un sweat.
    Nous sommes Charlie.

    • Je suis ravie que ça t’ai plu et que ça ai mis un peu de couleurs dans ces jours si sombres. J’espère que le blog te plaira dans ces jours futiles ou plein de joie. Personne n’est légitime, et en meme temps personne ne l’est pas pour écrire sur nos impressions sur de telles tragédies… Tu as bien fait de te faire un sweat j’ai prévu de m’en faire un aussi dès que j’ai le temps. Il faut faire durer dans le temps pour que ça ne s’efface jamais.

  • Merci pour ces si jolis mots que je ne cesse de relire. J’aimerais pouvoir écrire aussi, mais je ne trouve pas les mots, tu les as trouvé pour moi. Merci, merci, merci 1000x d’être une si belle personne !

    • Merci Sophie, de ton commentaire, j’espère que tu ne les as pas trop relu, de peur de te rendre triste. Je suis très touchée d’avoir trouvé les mots que tu ne parvenais pas à mettre sur ce mal être général. Merci de tes compliments qui me vont droit au coeur.

  • Belle plume, belle peinture, belles chansons. « Ma liberté », maintenant que je lis tes mots, ca me saute à la figure…
    Je ne suis pas douée pour écrire ce que je ressens, et à travers tout ce que je peux lire, je me retrouve. Tes mots me touchent particulièrement. Merci.
    Vive la vie. Et Vive la liberté

  • Ping : do my cookies
  • Je vous remercie pour votre article, l’horreur c’est produit et nous a bousculé dans notre quotidien…
    Je me permet de poster votre magnifique dessin sur mon blog avec le lien de votre message. Merci pour ce bel hommage.
    Nous sommes meurtris par ces moments affreux mais nous résisterons nous sommes tous CHARLIE.

    • Bonjour Claudia, ça a été si dur, et ce n’est que le début du chemin, il va nous falloir bien plus de courage encore. Bien sur aucun pb pour le dessin, il faut qu’on se serre les coudes ! Nous sommes tous charlie

  • Je pense,en général, que la liberté s’arrête là où commence celle des autres ou la liberté s’exerce dans le respect de l’autre.On est à priori libre de faire ce q’on veut de dire ce q’on veut (en écrivant en dessinant en chantant etc.) ça tout le monde le sait mais il faut faire attention à qui on empiète la liberté.On peut rentrer dans la tanière d’un ours ou mettre la main dans un nid de guêpes ou insulter quelqu’un ou pas payer une amende ou les impôts n’importe quoi en somme mais il faut se préparer aux conséquences bien évidemment.Dans un monde ou chaque pays a des libertés différentes mais ou l’information circule à la vitesse de la lumière la liberté n’est pas sans limites et on ne peut pas tout faire en nom de la liberté sauf dans un monde imaginaire ou utopiste.La poésie est jolie en tout cas 🙂

    • Bonjour François, la liberté est un droit fondamental, une liberté fondamentale somme toute reconnu entre les peuples ainsi qu’au vue du droit international. Alors oui juridiquement, sociologiquement et logiquement la liberté s’arrête là ou commence celle d’autrui. Bien sur, mais aucun dessin, aucun texte, aucune création ne se verra brider pas la réticence, ou le choc qu’elle provoque à autrui tant qu’elle n’atteint pas son intégrité physique. Et quand bien meme son intégrité morale serait vraiment entachée, dans ce cas il y a diffamation et des recours possibles. Evidemment quand cela concerne un groupe tout se complique. Alors oui mes propos peuvent sembler utopiques, oui l’exercice de la liberté au niveau internationale se confronte à des gageures incommensurables, mais jamais je n’abandonnerais cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *