Halloween, et si l’on acceptait juste la part d’ombre en soi ?

CASSANDRE 2.0

Pourquoi diable toujours se déguiser en autre chose que soi ? 

Pourquoi se cacher derrière le masque de ce que l’on pense devoir être ? 

Accepter de regarder en face, dans le miroir, sans détourner le regard toutes les parts de soi même les plus sombres… 

Pourquoi ne pas simplement chercher à mettre en lumière cette autre part de soi que l’on cache le plus souvent ? 

1. HALLOWEEN COMME UNE ÉVIDENCE POUR AFFIRMER CETTE PART D'OMBRE

Habituellement à Halloween j’ai envie d’un truc un peu coloré, joli et festif, ou d’un costume en duo avec Polo. 

L’année dernière déjà je l’ai passé seule en Egypte et je vais réitérer cette année. Cette fête aux allures 100% commerciale et américaine, a quelque chose de magique depuis toujours pour moi. C’est la première fête que j’ai décoré chez une amie quand j’avais 10 ans. 

La première fois que j’ai fait des petits achats beta et fait des déco un peu lunaire, cacher un piano plat d’enfant sous un tapis, pour surprendre les invités quand ils allaient aux toilettes. 

L’univers des vampires et des sorcières à longtemps bercé ma vie… l’épouvante, l’effroi qui effraie… et surement le coté drama aussi 😉 J’ai toujours adoré ça. Alors moi qui aime les fêtes, celle-ci a un gout particulier pour moi. 

Somme toute, toutes ces affections réunies impossible à mes yeux de ne pas fêter Halloween. D’habitude, on décore, on invite nos amis chez nous, on cuisine. Tout change de manière tourbillonnante et je le sais dans vos vies aussi. 

Si ces deux années passées nous ont appris à tous quelque chose, c’est bien l’importance qu’il faut accorder à sa santé mentale, et celle de ses proches. À l’acceptation de ces et ses zones d’ombre psychique, que l’on refoule parfois. 

2. CASSANDRE 2.0, LA CONSTRUCTION D'UN PERSONNAGE MÊLANT LES OMBRES QUE JE PORTE

Alors en plein shooting food, quand j’ai réalisé que je partais 2 jours après, et que j’avais complètement oublié de faire un truc pour Halloween. J’ai explosé de rire. Pourquoi ? 

Simplement parce qu’il n’y a pas de plus grande fourberie au monde, que de se déguiser en ce que l’on est. C’est d’ailleurs souvent ce stratagème qui est utiliser dans les films et series d’épouvantes. Un monstre « anormale » sort le soir d’Halloween pour se fondre dans la masse de tous les gens déguisés. 

Alors j’étais la en train de retourner une fourchette dans une courge spaghetti sous les feux des projecteurs de l’appareil photo et je me suis dis, que même si le temps manquait et qu’il n’y aurait pas grand chose on devait tenter le coup. 

Ainsi je vous expose la part sombre de moi, dans ce fourbi de choses que je concède vous livrer depuis le début de la décadence de ma vie. 

Cassandre 2.0, 

Cette nana un peu folle, emprisonnée dans des lignes, ses lignes, d’une robe, combinaison peut être d’un asile à proférer des prophéties et des choses raisonnées que personne ne croit. 

Cette cassandre, c’est ce mélange entre cette voyante foraine, un peu maléfique, un peu tape à l’oeil, un peu bling bling, et pourtant toujours sur les routes. Mi joyeuse, mi pleureuse. Qui fais couler les larmes, mais aussi des paillettes plein les yeux et couronne parfois les joies de gloire. Sa boule de cristal, est celle qu’elle a pu trouver, une cloche de fleurs séchées, comme des souvenirs fanés. 

C’est cette sorcière proche de la terre, qui se couronne de feuilles qui vont périr dans quelque heures, et qui se connecte par tous les charmes à la nature.

Peut être est-ce tout simplement la part sombre de moi. Celle qui passe son temps à seriner à ses proches ce qu’il va arriver, les chemins qui vont exister, et les routes qui doivent être prises. Et qui n’est souvent pas écouté. Pourtant et c’est triste de l’écrire, 99% finissent par dire que j’ai toujours raison…. Par la suite. 

Cette part de moi qui enfant, faisait des rêves prémonitoires.

Je crois bien que cette bohémienne non défini, ce mélange de cassandre mythologique, de voyante, et de sorcière, les 3 rimant avec une légère folie, par une perte de raison saccadée. 

Cette nana sombre qui est invivable 3 à 5 jours par mois pendant son TDPM (Trouble Dysphorique Prémentruel). 

Une cassandre moderne, qui à la place de vivre seule et cachée sa reconstruction, la déconstruction de sa vie et sa manière de la rebâtir hors des ordres établis. Le fait dans ce journal intime immense que trame internet. Dans ce journal extime, alors Cassandre devient 2.0. 

Cette année pour Halloween je crois bien que j’ai juste envie d’être cette part de moi. Que je fuis, redoute, replie, et rejette parfois. Et puis qu’avec le temps j’ai appris à aimer, canaliser. Apprécier. D’ailleurs Cassandre est aussi mon prénom féminin préféré.

Psssst ; je ne vous ai cité qu’un ou des des défauts, de mes ombres et l’enveloppe générale du personne que cela crée, je ne vous fais pas la liste de mes défauts, ce serait bien trop long… Mais sachez que cela fait un bien fou d’apprendre à les accepter. 

Que serait-on sans cette part d’ombre ? 

Bien linéaire sans doute… 

3. APPRENDRE À ACCEPTER SON OMBRE

On a tendance à vouloir que tout soit beau, et parfait, chez nous et chez les autres. Mais la perfection n’existe pas. On a tous des aspects négatifs de notre personnalité, egotique, égoiste, de l’envie, de la peur, de la violence, du narcissisme…  beaucoup d’aspects déplaisants de nous mêmes que l’on dissimule derrière ce masque presque parfait que l’on s’est construit socialement… malgré nos efforts pour les contrôler ils refont surfaces, cela crée de forts sentiments de honte et de culpabilité. 

Au lieu de s’identifier à cette version parfaite de soi que l’on tend à montrer au monde, et faire comme si nous ne portions que de la lumière en nous, une grande avancée dans nos vies dans son travail sur soi, serait d’accepter cette part d’ombre qui existe en nous. 

La reconnaitre, et l’accepter chez soi et chez les autres. Cela nous permet de remplacer la culpabilité et la honte, par un sentiment de compassion et d’amour envers nous mêmes en toute circonstance. 

Un amour de soi que l’on construit à tout épreuve en acceptant ses qualités mais aussi ses défauts. 

Je vous conseille vivement le stage « Amour de soi » Niveau 2, les dernières pensées sont notamment inspirées de la méditation « mon ombre » De 7 mind en duo avec Elly Killeuse. 

4. LA CONSTRUCTION DE MA CASSANDRE

Cette Cassandre présente cette part d’ombre en moi et elle se part de surcroit de nombreux événements de ma vie :

  • Les perles et chaînes de notre ancienne marque de bijoux,
  • la robe que j’aime depuis 4 automnes,
  • les serflex de l’événementiel et des paillettes du local,
  • une cloche que l’on avait fait pour vendre à la boutique,
  • les citrouilles acheté pour faire nos contenus et les recettes d’automne,
  • la déco du jardin et de la maison d’Elsa 

D’ailleurs je vous montre dans quelques jours comment réaliser cette couronne improvisée. 

5. LA CASSANDRE MYTHOLOGIQUE

Cassandre est un personnage de la mythologie grecque. C’est une princesse troyenne, fille de Priam et soeur de Paris.

Elle est d’une grande beauté, à tel point qu’Apollon cherche à la séduire et lui offre le don de voyance. Seulement elle refuse de se donner à lui alors il la audit pour que jamais elle ne soit crue.

Plus Cassandre était précise, moins on l’écoutait. En transe, elle prédisait des événements terribles dans un délire la faisant passer pour folle. Ce pourquoi tout le monde la fuyait.

Elle prédit à sa mère que son frère détruirait Troie, elle prédit à son frère de ne pas ramener Hélène alors que toute la ville se pâmait devant sa beauté, elle prédit la mort de ses époux, puis elle prédit même sa propre mort qu’elle n’essaya pas d’éviter – ayant déjà assisté au massacre de toute sa famille. 

Written By
More from Amelia Nymphea
Birthday : 27 ans -15/07/15
Un petit (grand) article 100% perso pour vous raconter ma journée survoltée...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.